Réponse à l’anagramme.

Nepal Annapurna Pano 2 NB

Sanctuaire des Annapurnas, Himalaya, Nepal

On est ici dans le cirque glacier des Annapurnas entouré de géants : Hiunchuli (6441m), Annapurna Sud (7219m), Fang (7647m), Annapurna 1 (8091m), Annapurna 3 (7555m), Machapuchare (6993m), Tharpu Chuli (5663m) et Singu Chuli (6499m).

 » Ce fuel qui tâche le firmament » est l’ anagramme de   » Le réchauffement climatique ». Si ce n’est pas assez évident pour Mr Donald Trump, il doit savoir que le glacier est sensé recouvrir toute la moraine soit quasi l’entièreté de cette photo.

Pour la voir en plus grand cliquez dessus.

Pour Co

berlin-fenetre-couleur.jpg

Berlin, Allemagne 2011

Co m’a demandé de voir la photo Superposition en couleur. Co est fan des Urbex ou autrement dit : exploration urbaine de lieux abandonnés. Je vous invite à aller sur son blog : http://photogramme.skynetblogs.be/

Personnellement, je trouve que l’oeil cherche plus – sans trouver – dans la photo couleur. Alors que le noir et blanc uniformise les différentes matières ce qui permet d’être plus graphique. Par contre en couleur, les matières sont mise en évidence. 

Berlin : poste de garde

berlin-poste-de-garde1.jpg

Tour de garde, mur de Berlin, Allemagne, 2011

Grise, sombre, froide. A l’intérieur: tout est étroit, spartiate, vide. L’homme qui nous a fait visiter cette tour aurait pu sortir tout droit de la série Derrick. Il vivait en Allemagne de l’est. Le seul mot que je comprenais était : idooten. Mais l’émotion était là, palpable. Son frère a été abattu à quelques mêtres de la tour. 24 ans. Une balle dans la nuque. La première victime du mur. Son frère était Gunter Liftin. Il ne savait pas que l’avant veille, l’autorisation de tirer à vue avait été donnée.Le soldat avait 25 ans. Idooten. Plus de haine. Plutot du mépris. Les années ont passées. Mais le souvenir est bien là. Meurtri. Meurtre. Idooten.

Vous voulez en savoir plus et voir l’interieur du poste :la-premiere-victime-du-mur-de-berlin_824913.html , fotostrecke-24135.html

Berlin : Memorial du mur

Berlin-poste-de-garde---memorial-du-mur-nb.jpg

Memorial du Mur de Berlin, Allemagne 2011

Je mets cette photo pour mieux situer la prise de vue ci dessous. Il s’agit du Memorial du Mur de Berlin. Le No Man’s Land est reste en l’état. Il est fermé par un mur recouvert de plaques en métal. En vase clos. Il faut traverser la rue, prendre les escaliers pour voir par dessous de l’ancien mur. Y voir ? Rien à y voir justement. Un poste de garde. La terre. Rien.

Berlin : Art Abstrait dans la ville

Berin-memorial-murs-moderne-et-ancier.jpg

Memorial du Mur, Berlin, Allemagne 2011

Cette photo n’est pas décodable par elle même. C’est juste un jeu graphique. Une abstraction. La matière brute. Un mélange de couleurs.

En fait, il s’agit du mémorial du mur de Berlin. Le Mur originel croise un mur recouvert d’une plaque métallique. Derrière, c’est le No Man’s land tel qu’il était lorsque le mur a été érigé.

Berlin : le noir et blanc de la guerre

Berlin-porte-de-Brandebourg-version-fin-de-guerre.jpg

Porte de Brandebourg, Berlin, Allemagne 2011

Certaines périodes de l’histoire sont ancrées en moi en noir et blanc. Ce sentiment revient régulièrement en se promenant à Berlin. Pour ma part, la porte de Brandebourg est liée aux périodes sombres de la guerre mondiale ou froide.  Entourée des touristes, des saltimbanques, des vendeurs de souvenir. La couleur était de trop. Je la voyais noire, sombre, pesante de douleur. Je la voulais comme mon grand père aurait pu la photographier. Menacante.Terrible. Défiante.

Floue, trop noire, mal exposée. Elle reprend sa force, son empreinte, son étreinte.

Berlin : Architecture

Berlin-architecture.jpg

Berlin, Allemagne,2011

Cette photo reflète mon sentiment face à l’architecture de Berlin. Un mélange d’austérité russe à laquelle est venu se greffer une volonté d’affirmer un modernise au travers des nouveaux bâtiments. Ca peut ressembler tres vite à une sorte de patchwork. L’harmonie n’est pas toujours au rendez vous. L’étonnement bien. On ne gomme pas le passé : stricte, dure, gris et carré. Mais on y acolle une créativité affirmée comme pour faire contre poids. Les Tags et Graffiti viennent faire le lien entre ce passé douleureux et cette vue vers l’avenir. Les espaces vides sont nombreux aussi. Comme des trous laissés à la mémoire.

Berlin : Memorial de l’ Holocauste

memorial-juif-berlin-1.jpg

Holocauste Memorial, Berlin, Allemagne

Cette photo est le complément de celle postée hier. Le Mémorial a été conçu par l’architecte Peter Eisenman et l’ingénieur Buro Happold. Les stèles produisent un atmosphère de malaise et de confusion, représentant un système supposé ordonné qui a perdu le contact avec la raison humaine. Le monument est assez neuf puisque inauguré en mai 2005. J’ai pris cette photo en 2006.

Le monument mémoire de l’Holocauste à Berlin

holocauste,shoan,memorial juif,memorial holocauste,berlin,steles,peter

Memorial de l’Holocauste, Berlin, Allemagne

Je repars bientot à Berlin, les 7,8 et 9 octobre, et en profite pour remettre le Memorial de l’Holocauste à la une. Il s’agit de 2711 monolithes rectangulaires rappelant les millions de juifs assassinés par le nazismeCe monument ou plutot cette oeuvre de souvenir est à voir ou plutot à vivre. C’est pour ma part, le monument qui m’a le plus impressionné jusqu’à présent.

Ce champ de stèles de 19 000 m2 est un lieu à l’écart en plein milieu de la ville. Chaque stèle mesure rigoureusement 95 cm de large sur 2m68 de long, seule la hauteur varie, de 30 cm à 5 m. Le passage est étroit entre les blocs qui se penchent imperceptiblement. On ne peut passer que seul, chacun pour soi. La surface lisse des parallélépipèdes est froide. C’est un lieu du souvenir qui déstabilise, l’abstraction d’une horreur que l’on ne peut exprimer avec des mots. Une sculpture dans laquelle on déambule. Peter Eisenman, souhaitait que le mémorial soit un lieu de silence. «Il doit être aussi silencieux qu’un prisonnier à Auschwitz », expliquait-il. Beaucoup de gens ressentent le besoin de chercher à quoi cela ressemble. Pour ma part, je n’ai jamais vu des tombes comme ça. Quand vous marchez sur ce site, vous ne vous sentez pas dans un cimetière.