Je m’en irai dormir dans le paradis blanc…

Nepal Sommet Annapurna South 2

Népal, Himalaya, sommet Annapurna.

Il y a tant de vagues et de fumée 
Qu’on arrive plus à distinguer 
Le blanc du noir 
Et l’énergie du désespoir 
Le téléphone pourra sonner 
Il n’y aura plus d’abonné 
Et plus d’idée 
Que le silence pour respirer 
Recommencer là où le monde a commencé 

Je m’en irai dormir dans le paradis blanc 
Où les nuits sont si longues qu’on en oublie le temps 
Tout seul avec le vent 
Comme dans mes rêves d’enfant 
Je m’en irai courir dans le paradis blanc 
Loin des regards de haine 
Et des combats de sang 
Retrouver les baleines 
Parler aux poissons d’argent 
Comme, comme, comme avant 

Y a tant de vagues, et tant d’idées 

Qu’on arrive plus à décider 
Le faux du vrai 
Et qui aimer ou condamner 
Le jour où j’aurai tout donné 
Que mes claviers seront usés 
D’avoir osé 
Toujours vouloir tout essayer 
Et recommencer là où le monde a commencé 

Je m’en irai dormir dans le paradis blanc 
Où les manchots s’amusent dès le soleil levant 
Et jouent en nous montrant 
Ce que c’est d’être vivant 
Je m’en irai dormir dans le paradis blanc 
Où l’air reste si pur 
Qu’on se baigne dedans 
A jouer avec le vent 
Comme dans mes rêves d’enfant 
Comme, comme, comme avant 
Parler aux poissons d’argent 
Et jouer avec le vent 
Comme dans mes rêves d’enfant 
Comme avant

Michel Berger

 

Réponse à l’anagramme.

Nepal Annapurna Pano 2 NB

Sanctuaire des Annapurnas, Himalaya, Nepal

On est ici dans le cirque glacier des Annapurnas entouré de géants : Hiunchuli (6441m), Annapurna Sud (7219m), Fang (7647m), Annapurna 1 (8091m), Annapurna 3 (7555m), Machapuchare (6993m), Tharpu Chuli (5663m) et Singu Chuli (6499m).

 » Ce fuel qui tâche le firmament » est l’ anagramme de   » Le réchauffement climatique ». Si ce n’est pas assez évident pour Mr Donald Trump, il doit savoir que le glacier est sensé recouvrir toute la moraine soit quasi l’entièreté de cette photo.

Pour la voir en plus grand cliquez dessus.

Un anagramme pour Donald Trump

Nepal Camp de base Annapurna NB

Camp de base Annapurna, Himalaya, Népal

Photo dédiée à ce grand visionnaire, à cette personne qui adore les vérités surtout celles qui émanent de lui-même. A ce subtil intellectuel, je lui soumets cet anagramme dont il nie les conséquences :  » ce fuel qui tâche le firmament »….

La réponse est dans la photo et cette dernière me parait une preuve des idioties émises par ce Donald Trump irresponsable.

Demain la réponse.. pour les moins patients 🙂

Népal partie 1

Népal

Il m’a fallu le temps mais finalement voici la première compilation de toutes mes photos du Népal: plus de 1000 photos et 432 km à pied à mon fitbit . Ici le premier trek partant de Katmandu puis direction Pokara et la montée dans l’Himalaya vers les camps de base du Machhapuchhre et de l’Annapurna. 

Toutes les photos sont brutes, et donc non retravaillées. Elles sont présentées dans l’ordre du voyage, hormis une prise avec l’Itouch de mon ami Thierry :  celle où il m’a photographié en train de monter (polar bleu). 

C’est un peu long, trop long même…comme une soirée de diapo 🙂    … mais ça nous remémore bien, à tous deux -Thierry et moi- notre voyage.

Ce 8 aout 2016, l’humanité a consommé la totalité des ressources annuelles de la planète.

Népal Annapurna moraine 3

Fonte du glacier des Annapurnas, Himalaya, Népal

Ce 8 aout 2016 marque le jour où nous vivons à crédit de la nature. Notre dette envers elle s’agrandi d’année en année. L’humanité a consommé la totalité des ressources que le planète peut renouveler en un an. On va donc vivre « à crédit » jusqu’au 31 décembre. En 1970, cette date de dépassement n’était que le 23 décembre.